Partie 2 – Amazon

Surfant sur la portée fantastique du rêve Américain, intéressons-nous à la genèse et à l’expansion sans borne du géant de la vente en ligne, Amazon.

On retrouve, toujours selon mon point de vue, un référentiel extrêmement simple avec quelques règles de base. Une boutique xxl (en fait une description + images + prix) contenant un système de paiement simple et la possibilité de commenter (ie offrir son ressenti, ses remarques…) à loisir.

Le génie réside lui dans la capacité à attirer tous les vendeurs du monde, permettant tout type de vente, à « n’importe quel prix » dans un grand bain bouillonnant.

Ensuite sur le même modèle que Facebook, il n’y a plus qu’à laisser mijoter les données et d’y intégrer nos fameux algorithmes pour y segmenter les vendeurs, acheteurs, gros faiseurs, petits joueurs…

Mais outre la mise à disposition des résultats des algorithmes, Amazon à de plus la puissance de pouvoir se substituer aux vendeurs, surtout lorsqu’il s’agit de produits à fort potentiel. Quoi de plus simple que de laisser jouer un vendeur avec ses produits et ensuite de venir le concurrencer sur sa gamme de produits les plus rentables, en vendant moins cher et en s’appelant Amazon ?

De plus ce méga espace réduit les frais de port, manutention à l’état de résidu, donnant l’impression à l’internaute que le produit l’attend devant la porte.

Bref cette formidable machine à broyer le monde de la vente et de la distribution s’est créée sur un gouffre financier, le prix à payer pour se hisser au sommet et élimine inexorablement tous les revendeurs.